Les Graciées – Kiran Millwood Hargrave

J’avais découvert ce titre sur le blog de Fiona, du blog PrettyBooks. Elle avait eu un véritable coup de coeur pour ce roman et j’ai eu envie de le découvrir à mon tour, n’ayant que peu lu sur le thème des chasses aux sorcières.

Editions Pocket – 465 pages – 2 septembre 2021

Quatrième de couverture:
1617, Vardø, au nord du cercle polaire, en Norvège.
Maren Magnusdatter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s’abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardø qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie.
Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d’Écosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorcières. Il est accompagné de sa jeune épouse norvégienne, Ursa. Enivrée et terrifiée par l’autorité de son mari, elle se lie d’amitié avec Maren et découvre que les femmes peuvent être indépendantes. Absalom, lui, ne voit en Vardø qu’un endroit où Dieu n’a pas sa place, un endroit hanté par un puissant démon.

Inspiré de faits réels, Les Graciées captive par sa prose, viscérale et immersive. Sous la plume de Kiran Millwood Hargrave, ce village de pêcheurs froid et boueux prend vie.

L’auteur s’inspire d’une histoire vraie qui s’est passée en Norvège au XVIIème siècle. Nous sommes tout de suite plongés dans une ambiance glaciale et rude, de par le descriptif régulier des paysages et du climat.

Une tempête d’une violence inouïe décime la population masculine d’une partie du pays. Les femmes se retrouvent seules, désemparées. Rapidement, la nécessité de survivre prend le dessus sur leurs chagrins et elles décident de s’organiser pour assurer les besoins de la communauté: la pêche, les rennes, le commerce. Surchargées par le quotidien, elles ne trouvent plus le temps de fréquenter l’église, ce qui ne plaira pas du tout au nouveau Commissionneer, fraîchement débarqué à Vardo.

Avec l’arrivée d’Absalom Cornet, ce roman prend une véritable dimension féministe. En effet, il nous est dressé le portrait d’un homme ne supportant pas l’émancipation des femmes, traitant la sienne plus bas que terre. Les femmes ne sont bonnes qu’à faire des enfants, gérer le foyer et aller à l’église. Il est absolument détestable. Le patriarcat même! Il va donc bousculer le quotidien des femmes de Vardo et surtout celui des nomades les fréquentant.

Sous couvert de religion, celles-ci vont vivre un véritable enfer, nous plongeant dans l’horreur. Ces femmes, oubliées de l’Histoire à cause des hommes, méritaient d’avoir un hommage littéraire. Il est nécessaire d’évoquer leur histoire, surtout dans une actualité où les hommes, parfois, pensent encore avoir des droits sur les femmes.

Je déplore, toutefois, beaucoup de longueurs dans ce roman, qui m’ont perdu souvent. J’étais très prise par mon travail pendant ma lecture et j’avoue avoir parfois manqué d’envie de le reprendre, d’autant que l’écriture est assez exigeante. C’était une lecture commune donc j’ai été entrainé par Nelly et Caroline et je les remercie d’avoir partagé leur enthousiasme! Sans cela, j’aurai peut-être abandonné ma lecture avant la fin. Fin d’ailleurs, qui a suscité de nombreuses interrogations.

Avez-vous lu ce roman? Si oui, je suis curieuse d’avoir votre avis !

8 commentaires sur “Les Graciées – Kiran Millwood Hargrave

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s