Donne-moi des fils ou je meurs – Maud Jan- Ailleret

Ayant vu ce roman passé sur Instagram, j’ai eu très envie de le découvrir, n’ayant lu que peu de sujet sur ce thème, tabou encore aujourd’hui dans notre société.

Voici mon avis.

Editions GRASSET – 208 pages – 2 mai 2019

Quatrième de couverture:

Laure et Antoine s’aiment depuis la fac et suivent ensemble l’itinéraire tracé des couples heureux et bien lotis. Il est journaliste, elle travaille dans un cabinet de conseil, ils viennent d’acheter un appartement à Paris. Il a perdu son père jeune, comme elle sa mère, mais ils sont entourés par une famille nombreuse qui se réunit chaque été à Saint-Lunaire, dans la propriété de Laure, pour s’aimer, rire et se détendre. Tout bascule quand l’étape suivante de ce parcours leur est soudain barrée : avoir un enfant. Leur premier bébé meurt à trois mois in utero, le deuxième, quelques mois mois plus tard, au même âge, in utero encore, et sans explication. La toile commence à se déchirer : Laure s’enferme dans le silence, la culpabilité, l’incompréhension ; Antoine dans le travail. L’été à Saint-Lunaire, personne ne parle ; dans la maison du bonheur, les drames ne sont pas invités. Pourtant le couple tient, s’accroche pour avancer. Mais au troisième décès, à plus de quatre mois de grossesse, les analyses désignent une coupable : Laure. Elle apprend qu’elle est porteuse d’une maladie génétique et qu’elle n’a que peu de chances d’avoir un enfant en bonne santé. Le rideau tombe et Laure se retrouve seule face à elle-même, incapable de faire le deuil de son désir d’être mère. Alors commence un parcours du combattant bien loin de l’horizon de bonheur espéré

Laure et Antoine s’aiment d’un amour intense depuis plusieurs années. Chacun a vécu le deuil et sait à quel point il est urgent de vivre et de savourer chaque parcelle de bonheur.

Laure rêve de devenir mère depuis petite et c’est donc naturellement qu’elle souhaite démarrer le projet avec son mari.

Une grossesse démarre, euphoriques le couple savoure jusqu’à l’échographie, martelant la nouvelle qu’aucun futur parent ne souhaite entendre : la grossesse s’est arrêtée…

La sentence tombera à plusieurs reprises plongeant Laure dans le chagrin et la colère. Antoine, lui, se mure dans le silence.
S’il devient avare en paroles, Laure, elle, explose sa colère face au manque de bienveillance des médecins et d’empathie de ses proches. Pourquoi eux?

Le couple s’enfonce dans un abîme des plus obscure…la lumière rejaillira t’elle ?

C’est un roman absolument percutant et dont on ne sort pas indemne. La souffrance est palpable à chaque ligne. Laure s’enfonce au fil des chapitres dans sa douleur et rien ne semble l’en sortir, pas même son mari.

Ce roman est une ode à ces femmes délaissées, meurtries, incomprises et touchées par le chagrin, le deuil. Le tabou autour de tout ça n’a pas lieu d’être, il faut libérer leur parole et Maud Jan-Ailleret la leur rend. C’est douloureux mais nécessaire.

Avez vous lu ce roman? Qu’en avez vous pensé?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s