Les sorcières de Pendle – Stacey HALLS

Après en avoir lu du bien sur le blog de Fiona, alias Prettybooks, j’ai décidé à mon tour, de me procurer Les sorcières de Pendle. J’ai lu ce roman dans le cadre d’une lecture commune avec mon amie Juliette.

Editions Michel Lafon – 394 pages – 24 septembre 2020

Quatrième de couverture:

Lancashire, Pendle, 1612. A 17 ans, Fleetwood Shuttleworth est enceinte pour la quatrième fois. Mais après trois fausses couches, la maîtresse du domaine de Gawthorpe Hall n’a toujours pas donné d’héritier à son mari. Lorsqu’elle croise le chemin d’Alice Gray, une jeune sage-femme qui connaît parfaitement les plantes médicinales, Fleetwood voit en elle son dernier espoir. Mais quand s’ouvre un immense procès pour sorcellerie à Pendle, tous les regards se tournent vers Alice, accusée comme tant d’autres femmes érudites, solitaires ou gênantes. Alors que le ventre de Fleetwood continue de s’arrondir, la jeune fille n’a plus qu’une obsession pour sauver sa vie et celle de son bébé : innocenter Alice. Le temps presse et trois vies sont en jeu. Etre une femme est le plus grand risque qui soit.

Fleetwood rencontre Alice. A partir de ce jour, Fleetwood ne sera plus jamais la même. Enceinte pour la 4ème fois et espérant mener, enfin, sa grossesse à terme et donner à son mari un héritier, Fleetwood va confier son destin à Alice.

Alice est une jeune femme ayant de nombreuses connaissances en herboristerie et qui utilise une médecine alternative pour soigner les maux des personnes qu’elle rencontre. Elle suscite beaucoup de mystère dont elle semble faire fi.

Hors, à cette époque, lorsqu’une femme ne rentre pas dans les cases de la société, elle est aussitôt cataloguée de sorcière. Aussi, lorsque le procès des sorcières de Pendle se profile à l’horizon, Alice est rapidement inquiétée. Pour Fleetwood, il est impensable qu’elle perde la jeune femme, devenue sa sage-femme mais aussi son amie. Elle fera tout pour la disculper.

Dès les premières pages, nous découvrons une Fleetwood angoissée, préoccupée par l’opinion que les gens peuvent avoir d’elle et obsédée par la volonté d’avoir un enfant. Enchainant les fausses couches, elle subit les commentaires de sa mère, les regards désobligeant des domestiques et la tristesse de Richard, son mari, qui en plus, lui fait des cachotteries.

Alice va être la clé de son éveil : au fil des pages, Fleetwood révèle toute la colère qu’elle contenait en elle depuis des années, dévoile une force insurmontable et un courage sans précédent. J’ai beaucoup aimé suivre son évolution et c’est d’ailleurs cette révélation qui m’a permis de tenir jusqu’à la fin de ce roman.

Car oui, je dois vous avouer avoir souffert de nombreuses longueurs : si ce roman s’intitule  » Les Sorcières de Pendle », celles-ci ne sont que très peu évoquées ici. Si vous cherchez à lire un roman abordant véritablement les chasses au sorcière, avec beaucoup de documentation, ce ne sera pas ce livre qu’il faudra lire. Celui-ci, même s’il est parti du fait réel de ce procès, a beaucoup romancé la chose avec le destin de Fleetwood.

Les thèmes abordés ne sont pas pour autant désagréables, puisque l’on parle de la difficulté des couples à avoir un enfant, de celle des femmes à se faire une place au même titre que les hommes dans la société et de leur désir de porter leurs voix hauts et forts pour défendre leurs droits. :

J’ai donc un avis plutôt mitigé sur cette lecture, il est vrai que j’en attendais un peu plus, mais l’écriture est fluide, Fleetwood attachante et elle vous portera jusqu’à la dernière page si vous êtes tenaces !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s