La morsure de la goyave – Maria Eugenia MAYOBRE

J’avais aperçu ce roman sur Instagram et je me suis lancée tenter lorsque je l’ai vu d’occasion à Gibert Joseph. Méconnaissant la littérature sud-américaine, c’était une occasion parfaite pour m’y plonger.

Editions POCKET – 216 pages – Sortie 10 juin 2021

Quatrième de couverture:

Lorsque la belle Julia frappe à la porte de doña Yolanda à la recherche d’un travail, nul ne se doute qu’elle porte en elle le fruit d’un péché. Le jour de l’accouchement, Yolanda prédit que cet enfant, Alfonso dit « le poète », sera à l’origine du destin tragique de la famille.

70 ans plus tard, Primitiva Serapio, l’arrière-petite-fille de Yolanda est en train de sombrer dans la folie comme toutes ses parentes avant elle. Comment un même homme a-t-il pu faire perdre la raison à quatre générations de femmes cultivées et intelligentes ?

C’est cette histoire que Primitiva raconte. D’une plume vive et sensuelle, María Eugenia Mayobre nous offre un premier roman original et impertinent en jouant avec les codes de la littérature latino-américaine et le réalisme magique.

Ce roman retrace l’histoire d’une famille sud-américaine, dont les femmes semblent toutes avoir sombré dans la folie au contact d’un seul homme, nommé ici  » le poète ». Malédiction ou coup du sort?

J’ai un avis assez mitigé sur ce roman: à vrai dire, je suis incapable de dire si je l’ai aimé ou non. Je sais que la lecture a été addictive, que j’avais très envie de découvrir la suite, que l’ambiance latine m’a enivré comme un poison et que ce personnage masculin m’a beaucoup questionné.

Les personnages féminins ne m’ont pas particulièrement touché ou ému alors qu’elles sont mises en avant dans cette quatrième de couverture. Je n’ai pas forcément adhéré à leurs actes, pas forcément compris leurs choix.

L’écriture de Maria Eugenia Mayobre est tantôt crue, tantôt poétique et m’a porté sans difficulté jusqu’à la dernière page. Pour autant, encore une fois, ai-je apprécié ce roman? Je ne sais pas le dire.

J’ai bien conscience que cette chronique est décousue mais pour vous faire une idée, je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre avis. C’est un roman spécial qui vaut le détour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s