La cerise sur le gâteau – Aurélie VALOGNES

Après avoir découvert Mémé dans les orties et Au petit bonheur la chance, mon père m’a offert pour mon anniversaire La cerise sur le gâteau. J’étais ravie de retrouver Aurélie Valognes, dont la plume attachante et tendre me ravie toujours.

Editions MAZARINE

Quatrième de couverture:

La vie est mal faite : à trente-cinq ans, on n’a le temps de rien ; à soixante-cinq ans, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…

Bernard et Brigitte en savent quelque chose. Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et s’investit dans son rôle de grand-mère. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari. Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question !

Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et des voisins insupportables…

La retraite : un long fleuve tranquille ? Pour le découvrir, plongez dans cette comédie irrésistible et inspirante !

Mon Avis:

Bernard, 65 ans, se retrouve à la retraite sans qu’il l’est vraiment souhaité : il aurait très bien pu continuer à travailler mais ses collègues, plus jeunes et dont les dents rayent le parquet, l’ont mis au placard sans ménagement. Il se retrouve donc à la maison, en compagnie de son épouse Brigitte, qui, elle a vécu toute sa vie avec un homme fantôme, toujours au travail et qui va devoir elle aussi s’habituer, à cette présence dans la maison.

Criant à l’injustice, redoutant l’ennui et la garde régulière des petits-enfants, il va donc falloir qu’il retrouve sa place en tant que personne, en tant que mari, père et grand-père, se trouver de nouvelles passions, en quelques mots, passer à autre chose.

Aurélie VALOGNES aborde avec beaucoup de justesse l’entrée en retraite, le désarroi qui prend à la gorge ces personnes qui ont été actives toute leur vie et qui se retrouvent du jour au lendemain sans objectif. A travers Bernard et Brigitte, il est question d’ajustement, de redécouverte de soi, d’oser de nouveaux projets malgré que l’on ne s’en sente plus capable.

Bernard va remettre toutes ses opinions en question, notamment au contact de son petit fils et c’est à ce moment qu’entre en scène le thème principal du roman d’Aurélie Valognes et que je n’avais pas vu venir : l’écologie. Par le biais d’un exposé à faire pour l’ école, Paul va entraîner son grand-père dans une véritable réflexion et insuffler au lecteur les mêmes questionnements.

Si ce roman n’a pas été un coup de cœur, si les débuts ont été difficiles de par le caractère insupportable de Bernard et les quelques longueurs ressenties, j’ai toutefois passé un agréable moment de lecture. Aurélie Valognes a une écriture dynamique, fluide et a le don de distiller les émotions avec toujours beaucoup de finesse. Les personnages qu’elle invente sont toujours authentiques et les tranches de vies qui en découlent, addictives.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s